Voici plus d’un an que nous toutes et tous sommes sevrés de toute culture, liberté ou même de lâcher prise …Bien évidemment, le contexte pousse à la défiance ou à la prise de position. 

Quand certains entamerons une grève de la faim pour faire-valoir leur savoir-faire, produits ou services… d’autres fusilleront du regard, ces êtres étranges, qui l’espace d’un temps de décompression, en plein air et à distance des autres, auront osé retirer le bout de tissu qui semble leur sauver la vie ! 
Baillonnés, muselés, nous sommes submergés par l’incompréhension ou par la peur ! Colère, frustration … 

A nos différents ! Entre deux vidéos de chatons bien mignons nous nous insurgeons et, au final, avalés par nos écrans, nous pensons mener une guerre qui malheureusement ne semble pas avoir de dessein commun ! Bien organisé par notre vision pyramidale du savoir, chacun va du haut de son pied d’estale, apporter une lumière qui est en fait bien pale et qui ne nous donne aucun éclairage réel…Oui, cette crise sanitaire est grave, mais comment ne pas voir ces millions de petites barques qui dérivent, chahutées par des houles et vagues d’inégalités ? Comment ne pas voir ces radeaux de la méduse ? Certains poids seront bien trop lourd à porter, il y a des blessures qui ne guérissent jamais.

Et pourtant, nous avons besoin d’être ensemble,  avant même de tomber dans l’amnésie et la défiance de ce qui a pu nous manquer ! 

Nous avons du courage, mais peu de moral(e) ! Rassemblons nos consciences et faisons entendre nos voix humanistes, pacifistes, créatrices qui sèment et aiment à rêver. Quoi qu’il arrive, le défi et immense. A voir trop grand, nous en sommes devenu à rever petit.

Nous sommes convaincus que la culture est notre pierre de réussite, elle doit être notre mantra et devenir notre Graal. Immatérielle et palpable, elle est une véritable richesse, garante de notre bien commun. Elle nous connecte les uns aux autres et nous élève pour définir nos principes d’universalités. 

Découvrir, écouter, partager, nous devons toutes et tous avoir en tête cette petite mélodie qui continuera de rendre le spectacle vivant! Il nous faudra alors de nouveaux lieux d’expressions, plus petits mais tout aussi chaleureux pour redécouvrir et créer ces moments de partages uniques, liés à l’atmosphère et aux énergies de chacun. 

La majorité de nos talents,  brillants esprits, sont aujourd’hui sans voix, mis a l’écart par de nombreux codes mutants au fil de l’accumulation des nouvelles. Au delà des temples et des zéniths nous devons libérer notre culture !

Nous ne sommes que des femmes et hommes qui aspirent à vivre heureux. Il ne s’agit pas d’un rêve américain, mais de trouver la paix d’être juste bien ! La programmation participative doit apporter cette résilience à la culture qui comme pour nos « champs », doit être préservée en démultipliant les écosystèmes avec bienveillance et passion !